Navigation – Plan du site

17 | 2017
La petite histoire

Sous la direction de Catherine Croizy-Naquet et Alain Delissen

La petite histoire, c’est justement celle dont la réflexion épistémologique s’écarte d’habitude avec un peu de condescendance. En effet, la catégorie de la « petite histoire » prend consistance au moment où s’invente en Occident une histoire scientifique qui entretient des rapports complexes (de collaboration et de concurrence) avec la production culturelle et la diffusion médiatique. À partir du xixe siècle, la « petite histoire » forme un couple contrasté avec la « grande ». Mais selon quel mode ? En est-elle l’envers, le sous-produit, le commencement ? Pour explorer le continent de la petite histoire, les pistes ne manquent pas : étude de ses formes (oralité, art du conteur, formes brèves ?), des médias qui la cultivent (presse, audiovisuel, cinéma…), de son marché et de son public (forcément le grand ?), de ses artisans (les amateurs d’histoire par opposition aux professionnels ?). Mais encore : à quel(s) type(s) de causalité a-t‑elle recours (accent mis sur les petites causes, sur le hasard ?) ? quelle(s) conception(s) des acteurs de l’histoire révèle-t‑elle ? se réfère-t‑elle ou non à un sens de l’histoire ? L’histoire de la petite histoire, de l’apparition de cette expression, des antinomies, pas forcément toujours les mêmes, qui lui donnent sens, l’histoire du succès ou du mépris qu’elle rencontre : autant d’autres sujets. Toutes ces pistes partent d’évidences – bien sûr à reconsidérer, voire à déconstruire en élargissant la réflexion à des aires culturelles et à des périodes différentes de celle dans laquelle l’expression « petite histoire » fait spontanément sens, c’est-à-dire les deux derniers siècles de la société occidentale.

  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • Les cahiers de Revues.org