Navigation – Plan du site

18 | 2017
Révolutions

Notes de la rédaction

On ne sait toujours pas ce qu’est une révolution. Dans le langage ordinaire, on a coutume de désigner les phénomènes révolutionnaires par un entrelacs toujours variable de caractères : la révolte sociale, le renversement brutal des institutions, l’affrontement dans l’espace public de plusieurs groupes politiques organisés, l’émergence de nouvelles revendications de justice portées par les subalternes, l’engrenage irrationnel qui porte les révolutionnaires, une fois au pouvoir, à un usage extrême de la violence. Davantage encore, on imagine les révolutions par une certaine image fixée et stéréotypée des révolutionnaires : des masses qui « font l’Histoire » aux militants irrationnels, des sans-culottes anciens et nouveaux aux acteurs violents qui ne subordonnent leur objectif du renversement du pouvoir institué à rien d’autre que sa propre réalisation. Ces images, façonnées en premier lieu par la mémoire de la Révolution française, sont devenues paradigmatiques, informant ainsi l’imaginaire d’autres ruptures, comme celles des avant-gardes depuis le bonnet rouge mis au vieux dictionnaire par Hugo pour semer la terreur dans les lettres, et donnant ses contours au concept même de révolution.

Il est temps désormais de confronter ces images à un nécessaire renouvellement des interrogations. Comment aborder les changements révolutionnaires lorsque ceux-là supposent des changements de sens pour les acteurs qui les produisent ? Comment comprendre l’imbrication entre les ruptures institutionnelles et subjectives ? Comment cette imbrication est-elle retravaillée a posteriori par les mémoires et les histoires, et quel rôle d’abord attribuer dans l’immédiateté des phénomènes révolutionnaires au sensible et, plus en profondeur, aux formes du dicible et du pensable ? Enfin, quels effets sont-ils produits lorsque la révolution (pratique et/ou concept) passe du champ sociopolitique aux champs culturel ou scientifique ? Il s’agit de comprendre ce qui se passe durant une révolution, c’est-à-dire de quelle manière les révolutions produisent des discontinuités dans l’évolution sociale, dans les systèmes politiques, dans l’organisation des collectifs et dans les vies des individus, et comme ce qui se passe passe dans les représentations, tant historiennes que philosophiques, littéraires et artistiques.

  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • Les cahiers de Revues.org