Navigation – Plan du site
Brèves d'histoire

Les lois mémorielles en Russie et en Ukraine : une histoire croisée

Nikolay Koposov
p. 251-256

Résumés

L’article propose une réflexion sur les usages politiques de l’histoire, enjeux clés du postcommunisme en Europe et dans l’ex-URSS. Depuis les années 1990, la punition de la négation des crimes communistes et fascistes est débattue dans de nombreuses propositions de loi. À partir des années 2010, la Russie de Vladimir Poutine mène une « guerre de mémoire », utilisant le mythe de la Seconde Guerre mondiale pour discréditer le nationalisme ukrainien comme « fasciste ». La contre-offensive mémorielle qui se déclenche en Ukraine divise profondément l’espace politique du pays. Après l’annexion de la Crimée, des lois mémorielles sont adoptées en Russie et en Ukraine en 2014 et 2015 dans un contexte de mobilisation nationaliste exacerbée.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2019.

Aperçu du texte

La « révolution de la dignité » en Ukraine en 2014 et l’« étrange guerre » qui s’est déclenchée par la suite entre la Russie et l’Ukraine ont donné lieu à l’adoption dans ces deux pays de lois mémorielles. Cela ne paraît pas surprenant si l’on songe à la longue « guerre de mémoire » entre la Russie de Poutine et les pays voisins, qui culmine avec ces événements. Les lois criminalisant certains énoncés du passé figurent parmi les outils privilégiés de cette guerre.

L’adoption de lois mémorielles en Ukraine et en Russie en 2014 et 2015 a été préparée par plusieurs initiatives législatives, pour la plupart restées sans lendemain, dans les années 1990 et 2000. En dépouillant des archives électroniques de la Rada (le Parlement ukrainien), j’ai trouvé plus de quatre-vingt-dix projets renvoyant à des questions de mémoire historique, dont une dizaine seulement sont devenus des lois. En Russie, où l’espace politique est, depuis 2000, strictement contrôlé par le Kremlin, le nombre des initiati...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nikolay Koposov, « Les lois mémorielles en Russie et en Ukraine : une histoire croisée », Écrire l'histoire, 16 | 2016, 251-256.

Référence électronique

Nikolay Koposov, « Les lois mémorielles en Russie et en Ukraine : une histoire croisée », Écrire l'histoire [En ligne], 16 | 2016, mis en ligne le 15 septembre 2019, consulté le 22 août 2017. URL : http://elh.revues.org/1141 ; DOI : 10.4000/elh.1141

Haut de page

Auteur

Nikolay Koposov

Nikolay Koposov, historien russe, enseigne actuellement à l’université Emory, aux États-Unis. Il a aussi enseigné à l’EHESS à Paris, à l’université Johns Hopkins ainsi qu’aux universités d’Helsinki et de Saint-Pétersbourg et à l’Institut technologique de la Géorgie à Atlanta. En 1998-2009, il a été doyen-fondateur du collège Smolny des arts libéraux et des sciences à Saint-Pétersbourg. Sa recherche porte sur l’évolution de l’historiographie et de la mémoire historique, et sur les politiques de l’histoire en Russie et en Europe. Il a publié, en français, De l’imagination historique (Éd. de l’EHESS, 2009) et nombre d’articles, dont récemment « Une loi pour faire la guerre : la Russie et sa mémoire » (Le Débat, no 181, 2014).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • Les cahiers de Revues.org