Navigation – Plan du site
Brèves d'histoire

L’Olivetti de Roland Barthes

Sur L’Âge des lettres d’Antoine Compagnon
Franc Schuerewegen
p. 245-249

Résumés

La mort de l’auteur de « La mort de l’auteur » a beaucoup fait rêver les commentateurs. Antoine Compagnon, dans son livre sur Barthes, est manifestement intéressé par le même problème, et par la même aporie. Il est donc question d’une machine à écrire Olivetti aux effets allégoriques et, aussi, pervers. L’Âge des lettres est à la fois un roman d’apprentissage et un roman policier. On essaie ici d’expliquer les tenants et aboutissants de ce double protocole de lecture.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2019.

Aperçu du texte

Voici d’abord le canevas du livre, le pitch, si l’on veut. Antoine a conservé chez lui, dans une boîte à chaussures, une série de lettres que lui a expédiées, autrefois, feu son ami Roland. Celui-ci était de son vivant un intellectuel célèbre, les lettres ont donc de la valeur. Après avoir hésité à confier les missives à Éric (Marty), qui souhaite les publier, Antoine prend la décision de les déposer à la Bibliothèque nationale. Entre-temps, il aura eu l’occasion de se souvenir, entre autres, de l’Olivetti.

La « machine à écrire que Roland m’avait offerte quand je me suis mis à la dactylographie de ma thèse » est mentionnée la première fois à propos d’une chambre de bonne. La chambre est située au sixième étage de l’immeuble qu’habite Antoine et lui sert de débarras (« elle venait avec l’appartement »). L’Olivetti est donc rangée là, avec les lettres. Nous apprenons qu’à l’occasion d’un déménagement Antoine a « descendu l’Olivetti dans la rue » et qu’il « le regrette encore ».

Antoine...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Franc Schuerewegen, « L’Olivetti de Roland Barthes », Écrire l'histoire, 16 | 2016, 245-249.

Référence électronique

Franc Schuerewegen, « L’Olivetti de Roland Barthes », Écrire l'histoire [En ligne], 16 | 2016, mis en ligne le 15 septembre 2019, consulté le 21 août 2017. URL : http://elh.revues.org/1139 ; DOI : 10.4000/elh.1139

Haut de page

Auteur

Franc Schuerewegen

Franc Schuerewegen enseigne la littérature française et l’étude des médias à l’université d’Anvers. Il est l’auteur de, notamment, Balzac contre Balzac (1990), À distance de voix. Essai sur les machines à parler (1994), Balzac, suite et fin (2004) et Introduction à la méthode postextuelle. L’exemple proustien (2012). Son dernier livre, Leçons d’immortalité (Classiques Garnier, 2016), porte sur l’œuvre de Chateaubriand. Il est également le directeur de la revue Crin (Brill).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • Les cahiers de Revues.org