Navigation – Plan du site
Brèves d'histoire

Figures d’unité dépolitisée après l’horreur

Déborah Cohen
p. 235-239

Résumés

L’article se propose de rapprocher la manière dont Thermidor a vécu l’après-Terreur de celle dont a été gérée la peur engendrée par les attentats parisiens du 13 novembre 2015. On souligne que dans les deux cas la tentation de repousser l’ennemi hors de la communauté nationale, et même hors de l’humanité, voisine avec l’exhortation dépolitisée au rassemblement par-delà les clivages existants et l’exaltation de la vie nue. On rappelle que cet arasement du conflit, objet de la dénonciation babouviste, a débouché sur le Consulat et l’Empire.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2019.

Aperçu du texte

En dépit de la proximité terminologique, il n’y a aucun rapport politique ou moral entre la Terreur révolutionnaire de l’an II et le terrorisme contemporain. En revanche, dans la façon dont des républiques représentatives bourgeoises réagissent à l’effroi que leur cause une violence qui leur apparaît ou qu’elles veulent construire, selon les cas, comme dénuée de tout sens politique, il y a beaucoup à comprendre. Parce que nous sommes encore, ou à nouveau, dans un régime thermidorien, la manière dont nous avons vécu l’horreur du 13 novembre 2015 nous donne une familiarité avec celle dont l’an III a tenté de se figurer l’an II ; et réciproquement, les thermidoriens nous tendent un miroir de nous-mêmes.

D’abord, il y a l’ennemi ; l’Autre : le terroriste de Daech est hors de toute civilisation, il est le « malade mental », le monstre ; le militant de l’an II dégradé en pur fauteur de violence nue est le barbare, la brute, le cannibale, le vandale – ce que l’on peut comprendre, avec Broni...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Déborah Cohen, « Figures d’unité dépolitisée après l’horreur », Écrire l'histoire, 16 | 2016, 235-239.

Référence électronique

Déborah Cohen, « Figures d’unité dépolitisée après l’horreur », Écrire l'histoire [En ligne], 16 | 2016, mis en ligne le 15 septembre 2019, consulté le 26 juin 2017. URL : http://elh.revues.org/1135 ; DOI : 10.4000/elh.1135

Haut de page

Auteur

Déborah Cohen

Déborah Cohen est maîtresse de conférences à l’université de Rouen-Normandie. Spécialisée dans l’histoire sociale des idées politiques populaires, elle est l’auteur de La Nature du peuple. Les formes de l’imaginaire social (xviiie-xxie siècles) (Champ Vallon, 2010). Ses recherches actuelles portent sur les usages politiques de la dénonciation des « traîtres » et des puissants pendant la Révolution. Elle s’intéresse depuis longtemps à la question des usages contrôlés d’une comparaison passé / présent (« Y a-t‑il des ignorants en politique ? De la guerre des Farines de 1775 au référendum sur le TCE en 2005 », Contretemps, no 17, 2006), ainsi qu’à une réflexion en termes d’archéologie (« Esthétique de l’existence et gouvernement des autres : la Révolution française (1789-1796) au prisme du cours de 1984 », dans Damien Boquet et al. (dir.), Une histoire au présent. Les historiens et Michel Foucault, CNRS Éd., 2013).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • Les cahiers de Revues.org