Navigation – Plan du site
Accélérations

De Transe au Moulin du diable : Fouad Boussouf et la Compagnie Massala. Entretien avec Fouad Boussouf

Par Inès Cazalas et Catherine Coquio
Fouad Boussouf, Inès Cazalas et Catherine Coquio
p. 197-206

Résumés

Dans ses derniers spectacles, le chorégraphe Fouad Boussouf explore deux versants de l’accélération. Dans un premier texte, Inès Cazalas évoque Transe, créé en 2013 à la suite des « printemps arabes » et repris en avril 2016 à Ramallah, qui mêle la poésie de Mahmoud Darwich à un rituel organique collectif. Récusant la terminologie conservatrice de la « contagion » révolutionnaire, la transe est apparue comme un vocabulaire apte à transposer les violences historiques, les processus politiques et les bouleversements sociaux en cours : son accélération est un transport spirituel et corporel qui ouvre de nouveaux espaces-temps libérateurs, à la fois tangibles et inconnus, tout en étant traversée de discontinuités et de conflictualités. Dans un second, Catherine Coquio évoque Le Moulin du diable, créé en 2015 en reprenant l’expression que Bourdieu avait entendue chez les paysans kabyles, qui désignaient ainsi l’horloge imposant le temps des colons français. Ce dernier spectacle traite par un humour grinçant ce qu’Hartmut Rosa appelle la « famine temporelle » : le rituel déréglé d’un capitalisme dérégulé déforme les corps et contraint à la disjonction individuelle et au délire grimaçant. Enfin, dans l’entretien mené avec elles deux, Fouad Boussouf revient sur les différents langages chorégraphiques qu’il mêle dans ses créations, sur ses rapports contradictoires avec l’accélération, et sur la manière dont un phénomène social ultracontemporain fait retrouver un fondamental de la danse.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2019.

Plan

Transe
Le Moulin du diable
Entretien de Fouad Boussouf avec Inès Cazalas et Catherine Coquio

Aperçu du texte

Chorégraphe, danseur et pédagogue de la danse, Fouad Boussouf mêle les langages du hip-hop, de la danse contemporaine et du nouveau cirque. Né au Maroc, arrivé en France en 1983, il a suivi tout en s’initiant à ces techniques une formation de sciences sociales à Paris XII. Au cours d’un tour du monde, il s’arrête en Australie, enseigne le hip-hop au Queensland Ballet de Brisbane et travaille avec les compagnies Trick Nasty Crew et Megajam en Égypte puis en Russie. Au retour, il enseigne dans divers conservatoires d’Île-de-France et crée en 2006 la Compagnie Massala au centre culturel de Vitry-sur-Seine (www.massala.fr). Dans ses créations, cette diversité des techniques sert une écriture personnelle travaillée par la discontinuité des temps et des rythmes. Ses deux derniers spectacles placent l’accélération au cœur de leur scénographie. Transe, créée en 2013 à la suite des « printemps arabes » et reprise en avril 2016 à Ramallah, mêle la poésie de Mahmoud Darwich à un rituel organiq...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fouad Boussouf, Inès Cazalas et Catherine Coquio, « De Transe au Moulin du diable : Fouad Boussouf et la Compagnie Massala. Entretien avec Fouad Boussouf », Écrire l'histoire, 16 | 2016, 197-206.

Référence électronique

Fouad Boussouf, Inès Cazalas et Catherine Coquio, « De Transe au Moulin du diable : Fouad Boussouf et la Compagnie Massala. Entretien avec Fouad Boussouf », Écrire l'histoire [En ligne], 16 | 2016, mis en ligne le 15 septembre 2019, consulté le 21 août 2017. URL : http://elh.revues.org/1090 ; DOI : 10.4000/elh.1090

Haut de page

Auteurs

Fouad Boussouf

Chorégraphe, danseur et pédagogue, Fouad Boussouf a suivi diverses formations en danse, notamment contemporaine, tout en perfectionnant sa technique en danse hip-hop. Son parcours éclectique a inscrit ses recherches chorégraphiques dans une démarche résolument moderne. Il a fondé la Compagnie Massala en 2006, empreinte de cultures aussi diverses que le hip-hop, la danse contemporaine ou le nouveau cirque.

Inès Cazalas

Inès Cazalas est maître de conférences à l’université Paris Diderot et membre du CERILAC. Elle travaille sur les relations entre littérature, histoire et politique. Elle est l’auteur de plusieurs articles (notamment sur Péter Esterházy, Mia Couto, Zahia Rahmani) ainsi que d’une thèse, à paraître aux éditions Classiques Garnier, intitulée Contre-épopées généalogiques. Fictions nationales et familiales dans les romans de Thomas Bernhard, Claude Simon, Juan Benet et António Lobo Antunes. Elle a également dirigé avec Marik Froidefond Le Modèle végétal dans l’imaginaire contemporain (Presses universitaires de Strasbourg, 2014) et prépare actuellement avec Delphine Rumeau un volume collectif sur les épopées postcoloniales.

Catherine Coquio

Catherine Coquio, professeur de littérature comparée à Paris Diderot, membre du CERILAC, où elle codirige avec Claude Millet l’axe « Penser et écrire avec l’histoire », anime le séminaire transdisciplinaire « Écrire et penser avec l’histoire à l’échelle du “monde” ? » Auteur de : Rwanda, le réel et les récits (Belin, 2004) ; L’Art contre l’art. Baudelaire, le “joujou” moderne et la “décadence” (Vallongues, 2006) ; L’Enfant et le Génocide (dir., avec A. Kalisky, R. Laffont, coll. « Bouquins », 2007) ; La Littérature en suspens. Écritures de la Shoah (L’Arachnéen, 2015) ; Le Mal de vérité ou l’Utopie de la mémoire (A. Colin, 2015). Parmi les collectifs : Mécislas Golberg, passant de la pensée (1869-1907). Une anthropologie politique et poétique (Maisonneuve et Larose, 1995) ; Parler des camps, penser les génocides (A. Michel, 1999), L’Histoire trouée. Négation et témoignage (L’Atalante, 2003) ; Retours du colonial ? (L’Atalante, 2008), La Question animale. Entre science, littérature et philosophie (avec J.-P. Engélibert, L. Campos et G. Chapouthier, PUR, 2012) ; Roms, Tsiganes, nomades, un malentendu européen (avec J.-L. Poueyto, Karthala, 2014), Littérature et histoire en débats (Fabula.org, 2014). A créé aux éditions Classiques Garnier et dirige avec Lucie Campos et Emmanuel Bouju la collection « Littérature, histoire, politique ».

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • Les cahiers de Revues.org