Navigation – Plan du site
Accélérations

Politique du diaporama ou l’histoire en différé

Abounaddara et le flux des images de la guerre en Syrie
Dork Zabunyan
p. 185-196

Résumés

La fin de la production de la diapositive argentique au milieu des années 2000 n’a pas mis fin à l’existence du diaporama. Au contraire, puisque celui-ci s’est massivement déplacé vers nos ordinateurs, et de nombreux anonymes en composent aujourd’hui avant de les poster sur des sites de stockage vidéo de type YouTube. Outre le paradoxe que des plates-formes globalement dédiées à l’image animée accueillent des montages d’images fixes, le texte interroge la dimension commémorative de ces diaporamas, en particulier dans le contexte historique des soulèvements arabes de l’année 2011. En mettant en évidence le folklore révolutionnaire qui émane parfois de ces agencements de photos ou de captures d’écran, l’article analyse par contraste les diaporamas proposés par le collectif syrien Abounaddara – diaporamas qui élaborent une histoire en différé du conflit syrien tout en l’inscrivant dans le devenir d’une « révolution » née durant le mois de mars 2011.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2019.

Aperçu du texte

Jamais sans doute les flux d’images animées n’ont été quantitativement aussi nombreux qu’à notre époque. Il ne s’agit pas de s’en plaindre. D’abord parce que cette plainte a déjà elle-même une longue histoire. Dans son livre Le Spectateur émancipé, Jacques Rancière a judicieusement décrit sur quoi repose ce lamento du xixe siècle dont les échos se font sentir jusqu’à nos jours : « Il y [a] trop de stimuli déchaînés de tous côtés, trop de pensées et d’images envahissant des cerveaux non préparés à maîtriser leur abondance, trop d’images de plaisirs possibles livrées à la vue des pauvres des grandes villes. » Rancière dénonce subtilement cet argument en mettant au jour une autre inquiétude, plus profonde, à savoir que la condamnation dont il est question ici masque en réalité une crainte qui n’est pas uniquement psycho-physiologique, mais aussi sociale et politique : celle des élites de la seconde moitié du xixe siècle devant les « formes inédites d’expérience vécue » qui, dans les no...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dork Zabunyan, « Politique du diaporama ou l’histoire en différé », Écrire l'histoire, 16 | 2016, 185-196.

Référence électronique

Dork Zabunyan, « Politique du diaporama ou l’histoire en différé », Écrire l'histoire [En ligne], 16 | 2016, mis en ligne le 15 septembre 2019, consulté le 26 juin 2017. URL : http://elh.revues.org/1088 ; DOI : 10.4000/elh.1088

Haut de page

Auteur

Dork Zabunyan

Dork Zabunyan est professeur en études cinématographiques à l’université Paris 8. Il collabore à différentes revues comme Trafic, Critique, Les Cahiers du cinéma ou encore artpress. Il est notamment l’auteur de Foucault va au cinéma (2011, avec Patrice Maniglier), Les Cinémas de Gilles Deleuze (2011), L’Attrait du téléphone (2013, avec Emmanuelle André) ou encore Passages de l’histoire (2013). Il travaille actuellement à un ouvrage sur le rôle des images – fiction, documentaire, images anonymes –, des soulèvements arabes de 2011 aux images de propagande issues d’organisations basées au Moyen-Orient.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • Les cahiers de Revues.org