Navigation – Plan du site
Accélérations

Urgence et attente

Enquête sur le temps dans les camps contemporains
Michel Agier
p. 175-183

Résumés

L’imagerie des camps de réfugiés contemporains provoque des émotions morbides et des questions sur l’existence même de ces lieux : l’impression de précarité matérielle, l’évidence d’une organisation provisoire des espaces, la faible empreinte de la forme-camp sur la nature. Tout cela donne le sentiment que ce qui est là sous nos yeux maintenant – espaces, matières et corps – est une exception qui peut avoir disparu demain. Mais la même incertitude peut nous conduire, à l’inverse, à percevoir l’exemplarité des camps, ce qu’ils nous disent de ce que le monde contemporain porte en germe. Administrée sur le mode de l’urgence alors que le temps s’est comme arrêté pour une durée indéterminée, cette réalité-là va-t‑elle disparaître ou va-t‑elle s’inscrire dans le temps, se reproduire ? C’est en observant la vie sociale ordinaire des camps, leur quotidien où se côtoient des agents « urgentistes » et des habitants « en attente », qu’on cherchera des réponses sur le devenir des vies « encampées » d’aujourd’hui.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2019.

Plan

Temporalités et historicité des camps
Calais : lenteur de la relation, brutalité de l’expulsion

Aperçu du texte

Les images des camps provoquent généralement des réactions émotionnelles, de la stupeur devant l’énormité d’installations précaires, et parfois des questions sur l’existence même de ces lieux. On peut les énoncer spontanément, telles qu’elles viennent à l’esprit face aux photos et à toute l’imagerie des camps de réfugiés : l’impression de précarité matérielle, l’évidence d’une organisation provisoire des espaces, la faible empreinte de la forme-camp sur la nature comme sur le sol. Tout cela donne le sentiment que ce qui est là sous nos yeux maintenant peut avoir disparu demain. Une impression d’inexistence nous saisit, elle est associée à l’histoire européenne ainsi qu’aux normes de l’organisation spatiale et des modes de vie du monde occidental qui prédéterminent le jugement, et ce jugement est compatible avec une représentation des camps où prévalent les thèmes de l’exception et de la mort. Des chercheurs en sciences sociales, des journalistes et des photoreporters se sont parfois...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Agier, « Urgence et attente », Écrire l'histoire, 16 | 2016, 175-183.

Référence électronique

Michel Agier, « Urgence et attente », Écrire l'histoire [En ligne], 16 | 2016, mis en ligne le 15 septembre 2019, consulté le 22 août 2017. URL : http://elh.revues.org/1086 ; DOI : 10.4000/elh.1086

Haut de page

Auteur

Michel Agier

Michel Agier est anthropologue, chercheur à l’Institut de recherche pour le développement (IRD) et directeur d’études à l’EHESS, où il est membre de l’Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain. Il a dirigé l’ouvrage collectif Un monde de camps (La Découverte, 2014) et a publié récemment Anthropologie de la ville (PUF, 2015) et Borderlands. Towards an Anthropology of the Cosmopolitan Condition (Polity Press, 2016).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • Les cahiers de Revues.org