Navigation – Plan du site
Accélérations

« Parler de partir en rêvant de rester » : entre accélération et blocage de l’histoire dans Transit de René Allio (1990-1991)

Michèle Lagny
p. 165-174

Résumés

Le film est capable de construire des récits dont les rythmes varient en fonction de l’alternance de montages visuels et sonores rapides avec des plans longs. À cela s’ajoutent des décalages entre bande-son et bande-image qui, produisant des effets de contraction ou de dilatation temporelles, participent du sentiment d’accélération. Transit est, sous la double forme d’une série télé puis d’un film, en 1990-1991, l’adaptation d’un roman d’Anna Seghers dont l’action est située en 1940-1941. René Allio y marque la poussée d’une histoire qui oblige des réfugiés de toutes sortes à se précipiter à Marseille pour tenter de fuir en Amérique, alors même qu’ils ne rêvent que de rester dans un cocon culturel protecteur, qu’il s’agisse des cafés marseillais ou de régions rurales aux activités traditionnelles. Ainsi l’angoisse provoquée par l’accélération de l’histoire nous est-elle rendue particulièrement sensible.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2019.

Plan

Répétitions fébriles dans le récit et effets retard
Une histoire bloquée par sa précipitation

Aperçu du texte

La notion d’accélération de l’histoire a été brillamment formulée par Reinhart Koselleck, en particulier dans un article traduit en 2011 dans la revue Trivium, où il s’interroge sur son origine. Catégorie d’« attente » eschatologique, elle devient un « concept d’expérience » dès le xvie siècle, mais plus particulièrement avec la révolution industrielle et l’accélération des échanges que celle-ci permet, notamment grâce au télégraphe électrique et, surtout, au train à vapeur, qui modifient le rapport de l’homme au temps. Dans une perspective moins techniciste, pour les acteurs sociaux comme pour les historiens, les périodes de crise politique accentuent l’impression de modification rapide de l’histoire, quand se précipitent les événements et leurs conséquences.

Pour répondre à la question de savoir comment s’exprime dans les œuvres l’ambivalence associée à l’idée d’accélération, j’interrogerai le cinéma. Il paraît logique que celui-ci, qui peut être considéré comme un « mode industrie...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michèle Lagny, « « Parler de partir en rêvant de rester » : entre accélération et blocage de l’histoire dans Transit de René Allio (1990-1991) », Écrire l'histoire, 16 | 2016, 165-174.

Référence électronique

Michèle Lagny, « « Parler de partir en rêvant de rester » : entre accélération et blocage de l’histoire dans Transit de René Allio (1990-1991) », Écrire l'histoire [En ligne], 16 | 2016, mis en ligne le 15 septembre 2019, consulté le 22 août 2017. URL : http://elh.revues.org/1084 ; DOI : 10.4000/elh.1084

Haut de page

Auteur

Michèle Lagny

Professeur honoraire à Paris 3, Michèle Lagny continue d’assumer sa collaboration à plusieurs revues, à l’étranger comme en France. Parmi plus d’une centaine de publications, quatre de ses ouvrages : De l’histoire du cinéma. Méthode historique et histoire du cinéma (A. Colin, 1992) ; Senso, Luchino Visconti. Étude critique (F. Nathan, 1992) ; Luchino Visconti. Vérités d’une légende (BIFI/Durante, 2002) ; Edvard Munch. Peter Watkins (Aléas, 2011). Derniers de ses 92 articles : « Histoire de l’un, mémoire de l’autre » (dans Sylvie Rollet et al. (dir.), Théâtres de la mémoire. Mouvement des images, Presses Sorbonne nouvelle, coll. « Théorème », no 14, 2011, p. 115-123) ; « Le cinéma opérateur d’histoire » (Raison présente, no 180, 2011, p. 67-76) ; « Imagens Audiovisuais e História do Tempo Presente » (Tempo e argumento (Brésil), vol. 4, no 1, 2012, p. 33-44) ; « Qu’est-ce qu’un historien peut faire de François Jost ? » (CIRCAV, no 23, 2014, p. 33‑44).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • Les cahiers de Revues.org