Navigation – Plan du site
Accélérations

Le témoignage au rythme des images et des mots : accélération et accumulation

Martin Goutte
p. 155-164

Résumés

Accentuant la tendance du cinéma documentaire à prendre le temps de regarder le monde, le témoignage impose à l’écran le rythme plutôt lent d’une parole qui s’oppose au « présentisme » comme à l’idée d’une accélération de l’histoire et de la circulation des images. Cependant cette temporalité de la parole n’exclut nullement un jeu sur les rapports de vitesse dans et entre les témoignages, notamment par un travail de désynchronisation entre les rythmes relatifs du son et de l’image pour figurer la complexité des temps qui s’y conjuguent. Enfin, à « l’ère de la commémoration », les usages contemporains du témoignage filmé attestent la concordance d’une accumulation quantitative et d’une accélération des modes de production et de diffusion, au risque du formatage et plus encore d’une certaine dévitalisation du témoignage dans sa capacité à rendre sensible le rapport aux temps de l’histoire et de la mémoire.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2019.

Plan

Formes documentaires de l’accélération : time-lapse et montage
Au rythme de la parole : synchronisation et variations internes
Montages : accumulation et variations « externes »

Aperçu du texte

Au-delà de la « déformation du temps historique » propre à tout spectacle narratif, le cinématographe, pour Jean Epstein, est une véritable « machine à penser le temps » « qui étire ou condense la durée, qui démontre la nature variable du temps, qui prêche la relativité de toutes les mesures ». Qu’en est-il de cette capacité, et plus particulièrement de l’accélération, au sein du cinéma documentaire lorsqu’il écrit l’histoire ? La question se pose à l’aune d’un contexte marqué depuis plusieurs décennies par l’« ère de la commémoration » autant que par l’idée d’une accélération, voire d’une hypothétique fin de l’histoire. Le « régime d’historicité » contemporain, que François Hartog nomme « présentisme », conjuguerait, d’une part, l’inflation des mémoires collectives, à laquelle participe la production pléthorique de documentaires historiques, et, d’autre part, l’émergence d’un « présent [qui], au moment même où il se fait, désire se regarder comme déjà historique, comme déjà passé »...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martin Goutte, « Le témoignage au rythme des images et des mots : accélération et accumulation », Écrire l'histoire, 16 | 2016, 155-164.

Référence électronique

Martin Goutte, « Le témoignage au rythme des images et des mots : accélération et accumulation », Écrire l'histoire [En ligne], 16 | 2016, mis en ligne le 15 septembre 2019, consulté le 21 août 2017. URL : http://elh.revues.org/1082 ; DOI : 10.4000/elh.1082

Haut de page

Auteur

Martin Goutte

Martin Goutte est maître de conférences en études cinématographiques à l’université Sorbonne Nouvelle – Paris 3. Dans le prolongement d’une thèse sur Le Témoignage documentaire dans Shoah de Claude Lanzmann (Lyon 2, 2008), ses recherches portent d’une part sur l’histoire et l’esthétique du cinéma documentaire, d’autre part sur les représentations audiovisuelles de l’histoire. Il a notamment codirigé avec Jacques Gerstenkorn l’ouvrage Cinémas en campagne. De la chronique électorale à la fiction politique (Fage, 2012).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • Les cahiers de Revues.org