Navigation – Plan du site
Accélérations

L’accélération pour mémoire

Retours à Hiroshima dans 200 000 fantômes et Kaïro
Diane Arnaud
p. 145-154

Résumés

Le rapprochement entre l’essai documentaire de Jean-Gabriel Périot et le film de fantômes de Kiyoshi Kurosawa a pour objet d’éclairer les différentes formes filmiques d’accélération qui enclenchent l’évocation de l’explosion atomique d’Hiroshima et de ses retombées au début du xxie siècle. Les deux poétiques mises en lumière, d’une part, le défilement-animation de photographies retouchées du Genbaku Dômu, ouvrant une période de près de cent ans, d’autre part, le saisissement par flash et par trace de la « fantomisation », ponctuant le passage de la mise en scène fantastique aux visions de la catastrophe, amènent à interroger le lien entre les variations rythmiques et le sens d’une Histoire spectrale, remémorée par les moyens d’expression du cinéma. Cette étude comparative fait référence, ponctuellement, aux films documentaires et fictionnels majeurs du cinéma japonais qui ont, depuis la levée de la censure dans les années 1950, tenté de donner une forme à la mémoire des témoins en privilégiant alors davantage les procédés d’arrêt et d’étirement temporels.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2019.

Plan

Faire le tour du temps
Disjonction et accélération

Aperçu du texte

Le 6 août 1945 à 8 h 15, la bombe atomique « Little Boy », larguée par le B‑29 américain Enola Gray, explose à 580 mètres d’altitude au-dessus d’Hiroshima. Le film au ralenti tourné d’un B‑29 d’observation, à l’aide d’une caméra Fastax capable de saisir jusqu’à 1 000 i/s, est endommagé par l’unité de développement lors du retour à la base militaire. D’après l’étude que Thierry Lefebvre a consacrée aux images de la bombe A, en dépit de l’échec des prises de vue ultrarapides, les premières photographies aériennes d’un bombardement atomique ont pu être réalisées ; ces clichés, qui ont fait le tour du monde, exposent le point de vue des agresseurs sur l’événement perçu à distance et de haut. Les films japonais documentaires et fictionnels de l’après-guerre ont tenté de donner forme à l’expérience vécue des témoins civils en privilégiant des procédés de décomposition et de dilatation temporelles. Cinquante ans après, c’est non plus l’usage filmique de la décélération, mais la mise en ava...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Diane Arnaud, « L’accélération pour mémoire », Écrire l'histoire, 16 | 2016, 145-154.

Référence électronique

Diane Arnaud, « L’accélération pour mémoire », Écrire l'histoire [En ligne], 16 | 2016, mis en ligne le 15 septembre 2019, consulté le 22 août 2017. URL : http://elh.revues.org/1080 ; DOI : 10.4000/elh.1080

Haut de page

Auteur

Diane Arnaud

Diane Arnaud, maître de conférences en études cinématographiques à l’UFR Lettres, arts, cinéma de l’université Paris Diderot, a écrit sur les mystères plastiques et les poétiques d’enchaînement d’œuvres filmiques contemporaines : Le Cinéma de Sokourov. Figures d’enfermement (L’Harmattan, coll. « Esthétiques », 2005) et Kiyoshi Kurosawa. Mémoire de la disparition (Rouge profond, 2007). Elle travaille à relier esthétique fictionnelle et histoire du cinéma à partir de motifs troublants (dédoublements, ruptures, répétitions) dans son essai sur les Changements de têtes. De Georges Méliès à David Lynch (Rouge profond, 2012) et dans les ouvrages collectifs : Ozu à présent, codirigé avec Mathias Lavin (G3J, 2013), Les Images et les Mots. Décrire le cinéma, codirigé avec Dork Zabunyan (Presses universitaires du Septentrion, 2014).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • Les cahiers de Revues.org