Navigation – Plan du site
Accélérations

Où est passé le Dragon ?

Une lecture (accélérationniste ?) de la trilogie africaine de Chinua Achebe
Xavier Garnier
p. 119-126

Résumés

Les compositions romanesques de l’écrivain nigérian Chinua Achebe mettent en évidence la façon dont la colonisation a tenté de juguler un rapport accélérationniste à la temporalité par l’imposition d’un schème développementaliste global. Contrairement à une lecture souvent proposée de la trilogie africaine d’Achebe, mon hypothèse est que le récit de la colonisation en pays ibo raconte non pas l’accélération d’un processus déjà engagé de décomposition de la société ibo traditionnelle, mais le blocage de toute dynamique accélérationniste par une temporalité impériale verrouillée au nom de la civilisation et du progrès.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2019.

Plan

Arythmicité de la violence froide
L’accélération par les actes
Assigner un statut pour désamorcer les actes
Conclusion

Aperçu du texte

Okonkwo, le héros de Things fall apart, le premier roman de la trilogie africaine de l’écrivain nigérian Chinua Achebe, agit par éclairs. C’est un personnage composé de changements de rythmes et d’accélérations. Au cœur du portrait qui est fait de lui au début du roman, on trouve mention de sa démarche : « Quand il marchait, ses talons touchaient à peine le sol et il semblait se déplacer sur des ressorts, comme s’il s’apprêtait à bondir sur quelqu’un. » Cette disposition à l’accélération subite est hautement valorisée dans le village d’Umofia. Okonkwo incarne parfaitement l’idéal d’autonomie personnelle dans le monde ibo, que le colonisateur anglais découvre sans système de chefferie. Chaque village a son rythme, chaque villageois son rapport au temps, et l’histoire avance par éclairs, en fonction des actions d’éclat de tel ou tel. L’univers romanesque d’Achebe est tissé d’accélérations localisées. Celles-ci ont partie liée avec l’individualisme ibo, qui sert de substrat à ses intri...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Xavier Garnier, « Où est passé le Dragon ? », Écrire l'histoire, 16 | 2016, 119-126.

Référence électronique

Xavier Garnier, « Où est passé le Dragon ? », Écrire l'histoire [En ligne], 16 | 2016, mis en ligne le 15 septembre 2019, consulté le 26 juin 2017. URL : http://elh.revues.org/1071 ; DOI : 10.4000/elh.1071

Haut de page

Auteur

Xavier Garnier

Xavier Garnier enseigne les littératures francophones à l’université Sorbonne Nouvelle-Paris 3. Ses recherches portent sur l’évolution des formes narratives dans le roman africain de l’époque coloniale à nos jours. Il s’intéresse notamment à la question des littératures en langues africaines et a publié en 2006 un ouvrage sur le roman swahili (qui a été traduit en anglais en 2014). Il vient de publier un essai sur le romancier congolais Sony Labou Tansi : Sony Labou Tansi. Une écriture de la décomposition impériale (Karthala, 2015).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • Les cahiers de Revues.org