Navigation – Plan du site
Accélérations

De l’accélération

André Markowicz
p. 109-117

Résumés

Ce texte très personnel porte d’abord sur certaines expériences communes dues à l’accélération technologique, vécues dans la perte précoce d’objets chers ou précieux (une valise à la roue usée irremplaçable, des fichiers informatiques technologiquement caducs), puis il évoque la manière dont, dans le rythme poétique, peut s’exprimer un rapport plus intime au temps vécu, et s’inscrire un rapport intempestif à l’histoire. Dans la première partie, André Markowicz, évoquant un moment de révélation dostoïevskien, éprouvé en observant un merle au Luxembourg, raconte comment la scansion poétique lui permit pour la première fois d’apprivoiser le sentiment angoissant de la vitesse du monde. Dans la deuxième partie, c’est le tumulte historicopolitique qui met au défi le vers poétique : après avoir cité un poème de Catulle écrit au temps de Catalina et lu par Alexandre Blok, l’auteur en vient à la répression soviétique, et raconte l’amitié d’Ossip Mandelstam pour une amie qui boitait, Natalia Schtempel, à qui il confia un de ses derniers poèmes, peu avant de se faire arrêter par Staline : dans ce « poème d’amour » qui prend valeur quasi testamentaire, Mandelstam transformait la boiterie féminine en signe d’une « âme » de sœur, vouée au deuil et à la transmission. Le rythme syncopé de ce poème cité en russe, puis en français, est « une accélération d’un autre genre ». Par sa scansion métrique et prosodique, rendue sensible par une transcription phonétique accentuée, une relation se noue entre le « défaut » physique et l’anomalie métrique : avec « l’accélération de la césure absente », la claudication de la femme-sœur devient une manière d’envol, et incarne rien de moins que ce qui nous fait vivre.

Haut de page

Notes de la rédaction

Ce texte est une version réduite de la chronique qu’a postée André Markowicz sur Facebook les 30 mars et 9 avril 2016, selon son mode d’écriture et de publication actuel, qui a engendré le volume Partages en 2015. « Françoise » évoquée plus bas est Françoise Morvan, sa cotraductrice.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2019.

Plan

I. De la roue de ma valise et d’un merle…
II. Ossip Mandelstam, « À Natalia Schtempel ». Quand l’âme vient du défaut

Aperçu du texte

I. De la roue de ma valise et d’un merle…

Catherine Coquio me demande un texte sur l’accélération. Mais je ne sais pas ce que c’est que l’accélération. Ça peut être plein de choses, non ? Et pourquoi l’accélération ? Et pourquoi me le demander, à moi ?

Le texte sur l’accélération, je dois le lui donner depuis plus d’un an, et c’est moi qui lambine, parce que je ne sais pas du tout quoi dire sur l’accélération, ou ce qu’elle entend par là, – mais, la seule chose que je sache, c’est que c’est Catherine Coquio qui me le demande. Et moi, Catherine, je la connais depuis la classe de seconde, au lycée Van-Gogh d’Ermont-Eaubonne, du temps encore où je ne m’intéressais quasiment qu’aux batailles de Napoléon et aux listes chronologiques des rois de France et d’Angleterre (mais aussi des empereurs romains). Chacun de nous poursuit sa vie –, et, pour elle comme pour moi, c’est une vie où chaque jour, il y a quelque chose à faire, à refaire, à continuer, de façon à ne pas se poser la question du ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Markowicz, « De l’accélération », Écrire l'histoire, 16 | 2016, 109-117.

Référence électronique

André Markowicz, « De l’accélération », Écrire l'histoire [En ligne], 16 | 2016, mis en ligne le 15 septembre 2019, consulté le 26 juin 2017. URL : http://elh.revues.org/1069 ; DOI : 10.4000/elh.1069

Haut de page

Auteur

André Markowicz

André Markowicz, né en 1960, a traduit aux éditions Actes Sud l’intégrale des œuvres de fiction de Dostoïevski, Eugène Onéguine de Pouchkine et, avec Françoise Morvan, tout le théâtre de Tchekhov. Ses dernières publications : Le Soleil d’Alexandre (Actes Sud), Ombres de Chine et Partages (Inculte). Partages (2013-2014) reprend les chroniques qu’il publie tous les deux jours sur Facebook. Un deuxième volume, couvrant la période 2014-2015, paraîtra prochainement.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • Les cahiers de Revues.org