Navigation – Plan du site
Accélérations

Sur la précipitation Shakespeare

Jean Delabroy
p. 99-107

Résumés

L’idée d’accélération de l’histoire relève-t‑elle de la consistance ou de l’insistance ? Si les pièces historiques de Shakespeare aident à poser cette question, c’est à raison des turbulences épistémiques dans lesquelles elles s’écrivent et qu’elles prennent pour objet, en essayant leurs différents effets. À quel temps se vouer : à l’immuabilité de l’Histoire ordonnée d’En-Haut, ou à la mutabilité de l’histoire désordonnée d’en bas ? De quoi parle l’impression de vitesse augmentée : de la fascinante dévoration de tout par répétition, ou de l’excitante transformation de tout par invention ? Si on ne veut pas de l’accélération, alors il ne faut pas de vitesse, donc pas d’histoire. Si on veut de l’histoire, alors il y a vitesse, toujours-déjà et trop. Le théâtre, artefact de la vitesse, se tient à et sur cette équivoque, pour y jouer, comme de l’avers et revers d’une même historialité, de ces choses semblables qui s’appellent tragique et comique, mortalité et vitalité.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2019.

Aperçu du texte

« Dispatch! Go! Go! »
Richard III

Dépêchons ! Dépêchons !

Dans le premier Shakespeare, il y a certainement quelque chose qui, pour le spectateur, parle de cette chose trouble et troublante, l’accélération de l’histoire. Ou tout au moins, d’une accélération mise à l’histoire – ce qui n’est pas sans rapport, puisque cette formulation est en somme une version cousine, à défaut d’être conforme, du cliché souvent utilisé, mais ce qui n’est pas non plus sans équivoque, puisque la différence entre les formules renvoie à un écart entre conceptions riche de problèmes.

Dans un cas, on exprime, qu’on le veuille ou non, qu’on l’entende ou non, que l’histoire n’est pas seulement le lieu de l’augmentation, ressentie ou constatée, de sa propre vitesse, mais qu’elle en est énigmatiquement l’auteur, c’est ainsi qu’une expérience qui fait compte rendu d’elle-même par l’usage de ce cliché glisse, exprès ou inconsciemment, de la perception d’un phénomène à son accréditation. Dans l’autre cas, on désigne da...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Delabroy, « Sur la précipitation Shakespeare », Écrire l'histoire, 16 | 2016, 99-107.

Référence électronique

Jean Delabroy, « Sur la précipitation Shakespeare », Écrire l'histoire [En ligne], 16 | 2016, mis en ligne le 15 septembre 2019, consulté le 22 août 2017. URL : http://elh.revues.org/1065 ; DOI : 10.4000/elh.1065

Haut de page

Auteur

Jean Delabroy

Jean Delabroy a été professeur des universités à l’université Paris-Diderot, où il a enseigné la littérature française du xixe siècle et la littérature comparée, avec une spécialisation dans les romantismes européens, et où il a animé pendant de longues années un séminaire de recherche sur Shakespeare. Il est aussi écrivain (de roman et de théâtre, dont Enfants de l’enfer, informés par les drames historiques de Shakespeare) et traducteur (notamment d’Euripide).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • Les cahiers de Revues.org