Navigation – Plan du site
Accélérations

Accélération de l’Histoire ou étirement du temps

Joachim de Flore, Norman Cohn et les Sex Pistols
Patrick Henriet
p. 91-97

Résumés

Dans le monde chrétien ancien, l’Apocalypse et plus généralement les différents schémas eschatologiques firent l’objet de deux modes d’interprétation très différents. Pour les clercs lettrés, c’est la notion d’étirement qui domina : Dieu était seul maître du temps et il pouvait en déterminer la quantité restante selon une chronologie dont lui seul détenait les clés. En revanche, pour ceux qui se bornaient à une saisie littérale de l’Apocalypse, il était possible, voire souhaitable, de prévoir la fin des temps et l’avènement d’une ère nouvelle où l’utopie serait au pouvoir et dont tout mal serait absent. Il y avait alors une volonté d’accélérer l’Histoire pour la corriger. Le présent article s’intéresse à l’immense succès du livre de Norman Cohn, The Pursuit of the Millennium (1957), qui traite précisément de ces mouvements millénaristes. Considéré par le New York Times comme l’un des cent livres les plus importants du xxe siècle, l’ouvrage de Cohn a directement ou indirectement influencé des mouvements tels que le situationnisme, la musique rock ou le New Age. L’histoire de sa réception reste à écrire.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2019.

Aperçu du texte

S’il est un modèle d’accélération de l’Histoire attesté sur le très long terme, c’est bien celui qui, dans un schéma plus ou moins explicitement religieux, mène à sa fin ainsi qu’à celle du monde et du temps. Dans le monde chrétien, cette issue représenta non pas une simple éventualité, mais bien une certitude. L’Apocalypse, quelques autres textes bibliques et leurs commentaires patristiques étaient alors le point de départ de toute vision de l’Histoire. Ils faisaient cependant l’objet de lectures parfois diverses qui résultaient d’un choix initial fondamental, celui d’accorder une part plus ou moins grande à l’allégorie ou au littéralisme. L’allégorie, dans son acception la plus large, était le fait des clercs lettrés. Dès l’Antiquité, les exégètes avaient mis au point un système interprétatif complexe qui, par la distinction de quatre sens (littéral, allégorique, tropologique et anagogique), permettait non seulement de prendre une distance souvent très grande par rapport à la lett...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Henriet, « Accélération de l’Histoire ou étirement du temps », Écrire l'histoire, 16 | 2016, 91-97.

Référence électronique

Patrick Henriet, « Accélération de l’Histoire ou étirement du temps », Écrire l'histoire [En ligne], 16 | 2016, mis en ligne le 15 septembre 2019, consulté le 26 juin 2017. URL : http://elh.revues.org/1064 ; DOI : 10.4000/elh.1064

Haut de page

Auteur

Patrick Henriet

Médiéviste, Patrick Henriet est directeur d’études à l’École pratique des hautes études (Hagiographie, idéologies cléricales et pratiques sociales au Moyen Âge). Il est spécialiste des vies de saints et s’intéresse plus généralement à la façon dont le christianisme médiéval a irrigué les représentations du monde. Il a publié notamment La Parole et la Prière au Moyen Âge (Bruxelles, De Boeck Université, 2000), ainsi que de nombreuses études consacrées à la péninsule Ibérique. Dans Écrire l’histoire, il est l’auteur de « Apocalypse, messianisme et “présentisme”. Remarques sur le temps messianique au Moyen Âge et chez quelques penseurs contemporains » (2015). Il a exposé les fondements épistémologiques de ses recherches dans Philippe Gumplowicz, Alain Rauwel, Philippe Salvadori (dir.), Faiseurs d’Histoire. Pour une histoire indisciplinée (PUF, 2016, p. 131-148).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • Les cahiers de Revues.org