Navigation – Plan du site
Accélérations

Décélérer, soumettre le temps (États généraux, mai-juin 1789)

Guillaume Mazeau
p. 83-89

Résumés

Souvent présenté comme le détonateur d’une brusque et vaste accélération de l’histoire, le mois de mai 1789 qui voit s’ouvrir les États généraux n’est pourtant pas du tout vécu de cette manière par ceux qui sont présents à Versailles ou qui, de plus loin, suivent les événements au jour le jour. Prévus pour aboutir à un accord rapide, les États commencent contre toute attente dans la lenteur, l’inertie et la paralysie, faisant du mois de mai 89 un des plus longs de l’histoire de France. Impulsé par les députés du Tiers État pour faire reconnaître leurs revendications, ce tempo proche du blocage, bientôt insupportable, joue un rôle majeur dans le déclenchement de la Révolution, à partir de la moitié du mois de juin. Dans cet article, nous voudrions montrer que la radicalité révolutionnaire ne naît pas seulement d’une accélération de l’histoire, mais de la volonté des patriotes de soumettre le temps qui leur est imposé, c’est-à-dire de le ralentir puis de le faire sortir hors de ses ornières, à leurs propres risques et périls.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2019.

Aperçu du texte

« Les événements sont la vraie mesure du temps. »
Abbé Raynal
Lettre à l’Assemblée nationale, 10 décembre 1789

Celles et ceux qui ont vécu la dernière révolution du xviiie siècle n’ont pas manqué de mots pour dire combien cette période les avait littéralement jetés hors du temps. En rompant le fil de l’histoire, les années 1790 auraient provoqué un changement de régime politique, mais aussi temporel, inaugurant une ère de tous les possibles, mais posant aux hommes un nouveau problème fondamental et démesuré : comment canaliser le torrent soudain libéré par l’effondrement des structures anciennes ? Que faire de ce temps, gagné sur ceux qui se prétendaient les grands ordonnateurs, mais qui, à peine mis en partage, ne cesse de se dérober et de s’accélérer ? Pour comprendre comment ces questions deviennent les principales pierres d’achoppement de la transition révolutionnaire, il faut remonter aux premiers jours du mois de mai 1789, lorsque plus de mille députés, conviés aux États généraux...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Mazeau, « Décélérer, soumettre le temps (États généraux, mai-juin 1789) », Écrire l'histoire, 16 | 2016, 83-89.

Référence électronique

Guillaume Mazeau, « Décélérer, soumettre le temps (États généraux, mai-juin 1789) », Écrire l'histoire [En ligne], 16 | 2016, mis en ligne le 15 septembre 2019, consulté le 26 juin 2017. URL : http://elh.revues.org/1063 ; DOI : 10.4000/elh.1063

Haut de page

Auteur

Guillaume Mazeau

Guillaume Mazeau, maître de conférences en histoire moderne à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Centre d’histoire du xixe siècle), est spécialiste d’une période, la Révolution française, mais aussi des manières dont le passé se fabrique, se transmet et s’utilise, depuis la fin du xviiie siècle. Auteur du Bain de l’Histoire (Champ Vallon, 2009), il édite bientôt le journal d’Adrien Duquesnoy, député de 1789 (Mercure de France, sept. 2016), prépare un ouvrage d’essais sur la Révolution française (Fayard, 2017). Il a travaillé avec Joël Pommerat pour la pièce Ça ira (1) Fin de Louis (2015). Il est par ailleurs commissaire général du réaménagement du parcours permanent de la Conciergerie consacré à la Révolution française (ouverture en décembre 2016).

Articles du même auteur

  • Histoire sensible [Texte intégral disponible en octobre 2018]
    Une expérience critique entre théâtre et histoire
    Paru dans Écrire l'histoire, 15 | 2015
Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • Les cahiers de Revues.org