Navigation – Plan du site
Accélérations

L’Essai sur l’accélération de l’histoire, de Daniel Halévy (1948) : remarques critiques sur une référence centrale

Pierre Savy
p. 77-82

Résumés

Référence centrale pour quiconque réfléchit au concept d’accélération en histoire, l’Essai sur l’accélération de l’histoire de Daniel Halévy brosse à grands traits l’histoire de l’humanité vue depuis l’Occident, dégage les principaux moments d’« accélération de l’histoire » et, surtout, défend l’idée que le rythme auquel survient le changement à son époque s’est fait dramatiquement plus élevé. Mais le fait que l’on « accélère » (le fait que les hommes vont plus vite) ne signifie pas une accélération de l’histoire. Cette dernière idée est problématique, car elle implique de poser une « histoire » unifiée et linéaire, et de construire de manière univoque des « époques » qui prennent sens dans cette histoire. Où l’on découvre une proximité étonnante de la thèse de l’accélération selon Halévy avec celle, contraire en apparence, de la « fin de l’histoire ». Exprimant à l’égard de la modernité une méfiance profonde, conforme aux vues traditionalistes de l’auteur, le livre a cristallisé le thème de l’accélération, contribuant de la sorte à l’installer durablement dans la vie intellectuelle.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2019.

Aperçu du texte

1. L’Essai sur l’accélération de l’histoire de Daniel Halévy (1948) est aujourd’hui chez les historiens français la première référence qui vient à l’esprit lorsque l’on entreprend de réfléchir au concept d’accélération. Référence fameuse, mais problématique pour plusieurs raisons : donner pour acquise, dès le titre, l’« accélération de l’histoire », voilà une « évidence impérieuse et intimidante » qui fait de prime abord froncer le sourcil de l’historien, que l’on sait doté de l’esprit de contradiction. L’idée que « notre temps », comme par hasard le nôtre, soit justement celui qui va vite, celui qui va plus vite, est l’un des préjugés que regardent avec circonspection les historiens professionnels. Comme toute science sociale, l’histoire n’enseigne-t‑elle pas à rompre avec le sens commun, notamment avec le rapport que chacun entretient spontanément avec son époque ? On sera d’autant plus perplexe si l’on est pénétré d’une vulgate braudélienne qui enseigne que le temps est lent et q...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Savy, « L’Essai sur l’accélération de l’histoire, de Daniel Halévy (1948) : remarques critiques sur une référence centrale », Écrire l'histoire, 16 | 2016, 77-82.

Référence électronique

Pierre Savy, « L’Essai sur l’accélération de l’histoire, de Daniel Halévy (1948) : remarques critiques sur une référence centrale », Écrire l'histoire [En ligne], 16 | 2016, mis en ligne le 15 septembre 2019, consulté le 22 août 2017. URL : http://elh.revues.org/1062 ; DOI : 10.4000/elh.1062

Haut de page

Auteur

Pierre Savy

Pierre Savy est maître de conférences en histoire du Moyen Âge à l’université Paris-Est Marne-la-Vallée et membre du comité de rédaction d’Écrire l’histoire. Ses recherches actuelles portent principalement sur l’Italie du Nord à la Renaissance (société politique, États, communautés juives). Il a notamment publié Seigneurs et condottières : les Dal Verme (École française de Rome, 2013) et, avec Stéphane Péquignot, Annexer ? Les déplacements de frontières à la fin du Moyen Âge (Presses universitaires de Rennes, 2016). Il prépare avec Judith Kogel l’édition de la Lettre à saint Louis (1254) de Rabbi Meïr ben Siméon de Narbonne (Éd. de l’Éclat, 2017).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • Les cahiers de Revues.org