Navigation – Plan du site
Accélérations

Accélération de l’histoire : un statut historiographique introuvable ?

Christian Delacroix
p. 67-75

Résumés

L’article interroge le statut historiographique de la notion d’accélération de l’histoire et les usages possibles de la notion en histoire. Ce statut s’avère à la fois hybride et incertain, tant par l’ancrage empirique et « épochal » de la notion (en tant que caractéristique de notre modernité) que par le parfum de « philosophie de l’histoire » et d’histoire universelle qu’elle continue à dégager. Avec cette charge de téléologie qu’elle suppose peu ou prou, cette notion peut donc rencontrer les critiques dirigées contre les conceptions du temps historique linéaire et homogène. Elle reste utilisée par certains historiens comme Pierre Nora, Alexandre Escudier ou, moins explicitement il est vrai, François Hartog, historiens dont la référence privilégiée pour « penser historiquement » la notion et, plus généralement, l’historicité contemporaine, est l’œuvre de Reinhart Koselleck. Les enjeux proprement politiques de la notion d’accélération de l’histoire (les stratégies de décélération) posent ultimement la question de la politisation du temps historique.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2019.

Plan

Le verrou braudélien
Accélération de l’histoire et modernité, la preuve par Koselleck
Accélération de l’histoire et théories du temps historique et de l’historicité

Aperçu du texte

« L’accélération de l’histoire » serait-elle redevenue une notion bonne à penser pour les historiens et, plus généralement, pour les sciences sociales ? Si elle est questionnée et utilisée par certains historiens, la notion n’aurait cependant pas encore, comme le souligne Alexandre Escudier, été thématisée et « travaillée » au point de devenir un « concept déterminé » ou un « idéal-type aux vertus heuristiques ».

Une première difficulté pour la « mise en concept » de la notion, pour les historiens, tient sans doute à sa vulnérabilité empirique : contrairement à la thèse qui fait du phénomène d’accélération une caractéristique de la modernité, les périodes d’accélération de l’histoire et l’idée même de changement de « l’allure du temps » (pour reprendre une expression de Michelet citée par Daniel Halévy) ne sont pas « nouvelles ». Jean-Noël Jeanneney a développé ce point dans son livre L’histoire va-telle plus vite ? Variations sur un vertige.

La forte charge ethnocentrique de l’idée ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Delacroix, « Accélération de l’histoire : un statut historiographique introuvable ? », Écrire l'histoire, 16 | 2016, 67-75.

Référence électronique

Christian Delacroix, « Accélération de l’histoire : un statut historiographique introuvable ? », Écrire l'histoire [En ligne], 16 | 2016, mis en ligne le 15 septembre 2019, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://elh.revues.org/1060 ; DOI : 10.4000/elh.1060

Haut de page

Auteur

Christian Delacroix

Christian Delacroix est professeur agrégé (honoraire) d’histoire, chercheur associé au Laboratoire d’analyse comparée des pouvoirs (ACP) de l’université Paris-Est Marne-la-Vallée (UPEM), où il a enseigné l’histoire contemporaine et l’historiographie de 2002 à 2014. Ses travaux portent sur l’historiographie, l’épistémologie de l’histoire et l’histoire sociale contemporaine. Il a dirigé en 2010 avec François Dosse, Patrick Garcia et Nicolas Offenstadt Historiographies. Concepts et débats (Gallimard, coll. « Folio. Histoire ») et en 2009 avec François Dosse et Patrick Garcia Historicités (La Découverte). Il a publié avec Michelle Zancarini-Fournel La France du temps présent. 1945-2005 (Belin, 2010), et, avec François Dosse et Patrick Garcia, Les Courants historiques en France. xixe-xxe siècles (Gallimard, coll. « Folio. Histoire », 2007 ; 1re éd. A. Colin, 1999).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • Les cahiers de Revues.org