Navigation – Plan du site
Accélérations

Sociologie ou politique de l’accélération ? Entretien avec Antoine Chollet

Par Catherine Coquio
Antoine Chollet et Catherine Coquio
p. 59-65

Résumés

L’entretien envisage la question de l’accélération dans une perspective politique personnelle, Antoine Chollet étant l’auteur de travaux sur la question de la temporalité démocratique et sur la démocratie directe. Partant du régime d’historicité propre à la démocratie et de son imprévisibilité fondamentale – ce que l’on pourrait appeler le caractère créatif du temps démocratique –, on en vient à l’œuvre d’Hartmut Rosa, discutée et critiquée comme dépolitisante, minimisant la place de changements politiques fondamentaux, en particulier de la révolution. En ces temps de réveil politique, dans une situation déjà en fait assez éloignée de celle de 2005, année de la publication d’Accélération de Rosa, c’est sur le Manifeste accélérationniste que porte ensuite la discussion, et la critique qu’en fait Anatoine Chollet veut faire voir combien la notion d’accélération recèle de tensions.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2019.

Aperçu du texte

En 2011, vous avez publié deux livres : l’un issu de votre thèse à Sciences Po, Les Temps de la démocratie, l’autre, plus directement engagé, Défendre la démocratie directe. Comment définiriez-vous le rapport entre votre réflexion sur le pluriel des temps démocratique et votre plaidoyer pour la démocratie directe ? En d’autres termes, en quoi la question du temps est-elle politique et y a-t‑il urgence ?

L’articulation entre ces deux travaux ne repose pas prioritairement sur la question du temps politique, mais davantage sur une réflexion continuée autour de la démocratie. Je vois cependant un lien entre le régime d’historicité propre à la démocratie et la réponse que j’avais adressée en 2011 aux discours attaquant l’usage du référendum en Suisse : l’imprévisibilité fondamentale de la démocratie. Celle-ci peut être « noisy and messy », comme l’avait dit Barack Obama dans son premier discours d’investiture en 2009 ; elle est agitée de tumultes qui, comme l’avait fameusement relevé Mach...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antoine Chollet et Catherine Coquio, « Sociologie ou politique de l’accélération ? Entretien avec Antoine Chollet », Écrire l'histoire, 16 | 2016, 59-65.

Référence électronique

Antoine Chollet et Catherine Coquio, « Sociologie ou politique de l’accélération ? Entretien avec Antoine Chollet », Écrire l'histoire [En ligne], 16 | 2016, mis en ligne le 15 septembre 2019, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://elh.revues.org/1057 ; DOI : 10.4000/elh.1057

Haut de page

Auteurs

Antoine Chollet

Antoine Chollet est enseignant et chercheur au Centre Walras Pareto d’études interdisciplinaires de la pensée économique et politique (CWP) de l’université de Lausanne. Il a notamment publié Les Temps de la démocratie (Dalloz, 2011) et Défendre la démocratie directe (PPUR, 2011). Il travaille sur les théories de la démocratie, la démocratie directe, le tirage au sort en politique et le populisme.

Catherine Coquio

Catherine Coquio, professeur de littérature comparée à Paris Diderot, membre du CERILAC, où elle codirige avec Claude Millet l’axe « Penser et écrire avec l’histoire », anime le séminaire transdisciplinaire « Écrire et penser avec l’histoire à l’échelle du “monde” ? » Auteur de : Rwanda, le réel et les récits (Belin, 2004) ; L’Art contre l’art. Baudelaire, le “joujou” moderne et la “décadence” (Vallongues, 2006) ; L’Enfant et le Génocide (dir., avec A. Kalisky, R. Laffont, coll. « Bouquins », 2007) ; La Littérature en suspens. Écritures de la Shoah (L’Arachnéen, 2015) ; Le Mal de vérité ou l’Utopie de la mémoire (A. Colin, 2015). Parmi les collectifs : Mécislas Golberg, passant de la pensée (18691907). Une anthropologie politique et poétique (Maisonneuve et Larose, 1995) ; Parler des camps, penser les génocides (A. Michel, 1999), L’Histoire trouée. Négation et témoignage (L’Atalante, 2003) ; Retours du colonial ? (L’Atalante, 2008), La Question animale. Entre science, littérature et philosophie (avec J.-P. Engélibert, L. Campos et G. Chapouthier, PUR, 2012) ; Roms, Tsiganes, nomades, un malentendu européen (avec J.-L. Poueyto, Karthala, 2014), Littérature et histoire en débats (Fabula.org, 2014). A créé aux éditions Classiques Garnier et dirige avec Lucie Campos et Emmanuel Bouju la collection « Littérature, histoire, politique ».

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • Les cahiers de Revues.org