Navigation – Plan du site
Accélérations

Raccourcissement du temps et accélération

Contribution à l’étude de la sécularisation
Reinhart Koselleck
Traduction de Philippe Forget
p. 27-48

Résumés

L’élargissement du concept de sécularisation, consécutif à la Révolution française, donne accès au rapport que ce phénomène entretient avec l’accélération de l’histoire, dès lors que le temps est désormais ressenti comme production humaine. L’attente d’une fin des temps se rapprochant de plus en plus vite s’efface devant le progrès, lequel atteste que l’accélération se vérifie maintenant par elle-même. Si le xixe siècle reste teinté d’une vision religieuse, la propagation du progrès dans la vie courante satisfait les besoins tout en en suscitant de nouveaux, principe d’un emballement dont une des conséquences est que la perspective finale d’une autodestruction de l’humanité s’est substituée à celle du passage vers l’au-delà. L’autre conséquence – l’incapacité croissante à opérer des projections sur l’avenir et donc à peser sur lui – n’est pas pour rassurer.

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduit de l’allemand, présenté et annoté par Philippe Forget.

Philippe Forget est agrégé d’allemand. Ses recherches portent principalement sur l’acte de l’interprétation, l’historiographie littéraire et la traductologie. Traducteur et interprète (entre autres) de Goethe, Eichendorff, Hoffmann, Schnitzler et Nizon, il a plus particulièrement travaillé sur le Sturm und Drang et le romantisme. Initiateur et organisateur de la première rencontre entre Gadamer et Derrida (1981), il a été professeur invité à la State University de Seattle. Il a déjà donné à Écrire l’histoire une étude (« Le détail qui tue (Le Pen et les médias) », no 3, 2009) et une traduction (Dietmar Schenk, « Pouvoir de l’archive et vérité historique », no 13-14, 2014). Dernières publications : « L’être en souffrance de “la pauvre Leonore” (Une relecture du Werther de Goethe) » (Romantisme, no 164, 2014) ; « Comment ne pas faire l’enfant – Figures du “comme si” » (dans Alexandra Richter (dir.), Le coach de Goethe. Conseil et médiation dans Les Affinités électives, Riveneuve, 2014) ; « Salir de los clichés, pensar la traducción » (Minerva, 2014) ; « Amour fou » (interview, à propos du film de Jessica Hausner, 2015, sur le site Zéro de conduite <zerodeconduite.net/blog/19192-amour-fou-entretien-avec-philippe-forget-sp-cialiste-de-la-litt-rature-romantique.html>, cons. 13 mars 2016).

                                                            ⁂

Le texte qu’on va lire ici était à l’origine une conférence donnée en 1985 à Naples. Sa version allemande, « Zeitverkürzung und Beschleunigung. Eine Studie zur Säkularisation », a paru pour la première fois en 2000 aux éditions Suhrkamp dans Zeitschichten. Studien zur Historik [Strates temporelles. Études de méthodologie historique], avec une autre étude, datant de 1976, consacrée elle aussi à l’accélération de l’histoire, « Gibt es eine Beschleunigung der Geschichte ? » (« Y a-t‑il une accélération de l’histoire ? », trad. Marie-Claire Hoock-Demarle, Trivium, no 9, 2011, <trivium.revues.org/4079>, cons. 12 mars 2016).

La revue Écrire l’histoire remercie les éditions Suhrkamp de lui avoir accordé l’autorisation de traduire ce texte dans le présent numéro.

Les notes de l’auteur sont appelées par des chiffres, celles du traducteur (notes de fin) par des lettres.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2019.

Plan

1. La sécularisation – histoire réelle et métaphorisation
2. La transformation du raccourcissement apocalyptique du temps
3. L’accélération comme catégorie postchrétienne et relevant du temps historique

Aperçu du texte

L’idée qu’un passé interrogé au niveau de ses structures contient des éléments de durée qui déterminent le présent explique l’intérêt de l’historiographe pour les phénomènes contemporains. Elle explique aussi l’attention qu’il porte aux évolutions sémantiques, ce dont témoignent l’article présent comme la codirection du monumental dictionnaire des concepts fondamentaux de l’histoire (Geschichtliche Grundbegriffe), inédit en français. Partant de l’analyse comparée de deux énoncés sur le temps, l’un enraciné dans le Nouveau Testament, l’autre dans la modernité, Koselleck traverse les concepts de sécularisation et de raccourcissement temporel pour en venir à dégager le sens du phénomène de l’accélération du temps dans le monde contemporain. Arrivé au point où l’informatique crée une possibilité d’accélération à laquelle se heurtent les limites du cerveau humain, il conclut qu’il en devient impossible de procéder à des projections directes sur notre avenir.

                             ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Reinhart Koselleck, « Raccourcissement du temps et accélération », Écrire l'histoire, 16 | 2016, 27-48.

Référence électronique

Reinhart Koselleck, « Raccourcissement du temps et accélération », Écrire l'histoire [En ligne], 16 | 2016, mis en ligne le 15 septembre 2019, consulté le 22 août 2017. URL : http://elh.revues.org/1052 ; DOI : 10.4000/elh.1052

Haut de page

Auteur

Reinhart Koselleck

Après des études d’histoire, de philosophie, de droit et de sociologie, Reinhart Koselleck (1923-2006) enseigne à Bochum, puis Heidelberg et Bielefeld (chaire de théorie de l’histoire), où il dirige aussi le Zentrum für interdisziplinäre Forschung de 1974 à 1978. Membre de plusieurs académies allemandes, il reçoit en 1993 la médaille de l’EHESS, et plusieurs universités prestigieuses lui décernent le titre de docteur honoris causa, dont la Sorbonne en 2003. Ouvrages en traduction française : Le Règne de la critique (Éd. de Minuit, 1979) ; Le Futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques (Éd. de l’EHESS, 1990) ; L’Expérience de l’histoire (Gallimard / Le Seuil, coll. « Hautes études », 1997), qui présente sept textes majeurs, dont la traduction de l’article « Geschichte » [Histoire] paru dans les Geschichtliche Grundbegriffe, travail collectif inédit en français, et « Théorie de l’histoire et herméneutique », conférence prononcée à l’occasion du quatre-vingtième anniversaire de H. G. Gadamer.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • Les cahiers de Revues.org