Navigation – Plan du site
Accélérations

De la voiture hippomobile au TGV : essai de cinétique littéraire

Joël Loehr
p. 127-135

Résumés

Le désir de vitesse s’est éveillé au xviiie siècle. Le passage du crottin de cheval au cheval-vapeur courant xixe siècle, celui de la locomotion massive à la locomotion individuelle en fin de siècle, du moteur à combustion au moteur à explosion et de la machine à translation linéaire aux machines volantes du xxe siècle, marquent des seuils décisifs de l’accélération, non seulement dans l’histoire de la civilisation, mais aussi dans celle de la littérature. Cet essai de cinétique littéraire montre que les superstructures esthétiques sont à corréler aussi avec des infrastructures matérielles.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2019.

Plan

Le siècle
Le mouvement
La génération
L’événement

Aperçu du texte

Depuis des lustres, la France flâne, le long de sentiers battus et boueux, sur des chemins tortueux où l’on peut tout au plus avancer au trot. Un arrêt du 26 mai 1705 recommande de tracer les voies de circulation « le plus en droite ligne possible ». En 1716 se crée le corps des ingénieurs des ponts et chaussées ; à partir du mitan du siècle, sous l’impulsion de Trudaine, de larges chaussées se construisent, on arrive plus vite au but. Daniel Roche soutient que « l’arrêt du 15 août 1775, qui généralise sur les grandes routes de France l’emploi de voitures de huit, six ou quatre places, commodes, légères, bien suspendues et tirées par quatre chevaux de poste, partant à jours et à heures réglés, est une date décisive dans l’histoire de la civilisation ». Les turgotines sont lancées au galop sur des hipporoutes. En 1793, le Comité des transports, des postes et des messageries des assemblées révolutionnaires réclamera un droit à la vitesse.

L’histoire de la civilisation pourrait être sca...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joël Loehr, « De la voiture hippomobile au TGV : essai de cinétique littéraire », Écrire l'histoire, 16 | 2016, 127-135.

Référence électronique

Joël Loehr, « De la voiture hippomobile au TGV : essai de cinétique littéraire », Écrire l'histoire [En ligne], 16 | 2016, mis en ligne le 15 septembre 2019, consulté le 26 juin 2017. URL : http://elh.revues.org/1049 ; DOI : 10.4000/elh.1049

Haut de page

Auteur

Joël Loehr

Joël Loehr, maître de conférences (HDR), enseignant-chercheur à l’université de Bourgogne et à SISU (Chine), est l’auteur d’ouvrages et d’articles de théorie et d’analyse littéraires (xixe-xxie siècles). Son essai de « cinétique littéraire » s’inscrit dans la continuité de deux articles (« Au commencement était la route », Poétique, no 177, 2015 ; « Fuir en Chine ou le déplacement parallaxique », dans Alain Milon, Shu-Ling Stéphanie Tsai (dir.), Figures de l’homme. Au croisement des différences Europe-Asie, L’Harmattan, 2016), consacrés aux rapports entre « littérature et locomotion », titre d’un ouvrage en préparation.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • Les cahiers de Revues.org