Navigation – Plan du site

Présentation

Écrire l’histoire entend être un espace de confluences des histoires de l’histoire, des historiographies, et de toutes les pratiques symboliques qui prennent l’histoire pour matériau. La revue fait se rencontrer des manières de représenter l’histoire d’ici ou d’ailleurs, d’aujourd’hui ou d’autrefois ; des manières aussi de se servir de l’histoire, à un moment où, dans la société obsédée de patrimoine et de mémoire qui est la nôtre, ces fonctions et ces usages demandent à être réfléchis. Elle veut être le lieu d’interrogations réciproques de l’histoire, de la littérature, et de l’esthétique – trop souvent encore enfermées en elles-mêmes, et qui ont pourtant tout à gagner à travailler ensemble.

Dernier numéro en ligne
16 | 2016
Accélérations

Écrire l’histoire, n° 16, Accélérations, 2016
Informations sur cette image
Crédits : Sabine Bouckaert

C’est comment qu’on freine ?
Alain Bashung

Notes de la rédaction

Depuis une quinzaine d’années, une pensée et une représentation du temps se cristallisent autour de l’idée d’accélération. Tandis qu’une production cinématographique importante trouve dans ce changement de rythme un nouveau langage filmique, le concept s’est affirmé dans les sciences sociales, en particulier en Allemagne avec H. Rosa, qui a présenté sur un mode alarmiste la « spirale autoalimentée » dans laquelle l’Occident s’engouffrerait. Cette « critique sociale du temps » a rencontré toute une série d’objections venues des sciences politiques (A. Chollet) et de l’anthropologie du rythme et de la poétique. Elle a néanmoins été politiquement réinvestie aux États-Unis et dans la gauche européenne, avec en particulier le débat suscité par le Manifeste pour une politique accélérationniste d’A. Williams et N. Srnicek. Toutefois, ce débat, mobilisé par l’idée apocalypsienne de « délai » (G. Anders) que réactive le péril écologique, met au second plan de son interrogation l’articulation de l’accélérationnisme (ou des accélérationnismes) à notre « régime d’historicité » (Fr. Hartog) comme son rapport historique à l’eschatologie (R. Koselleck). C’est à ces deux réinscriptions de l’accélération dans un temps plus long qu’entend procéder ce numéro d’Écrire l’histoire, à travers divers champs de la représentation (histoire, sciences sociales, cinéma, art et littérature).
     Autour d’un long article inédit en français de R. Koselleck traduit par Ph. Forget – « Raccourcissement du temps et accélération. Contribution à l’étude de la sécularisation » –, le dossier « Accélérations » rassemble des entretiens avec A. Chollet, Fr. Hartog et F. Boussouf, et des contributions signées M. Agier, D. Arnaud, C. Coquio, Chr. Delacroix, X. Garnier, M. Goutte, H. Hannouche, D. Henkin, P. Henriet, M. Lagny, M. Larrouture-Poueyto, J. Loehr, A. Markowicz, G. Mazeau, P. Savy, P.‑O. Schut, S. Wahnich, et D. Zabunyan.
     À la suite de ce dossier, la rubrique « Brèves d’histoire », sous la direction cette année de S. Cœuré, B. Lyon-Caen et F. Tarragoni, rassemble des études sur la représentation et les usages du passé dans l’actualité récente.

  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • Les cahiers de Revues.org