Navigation – Plan du site

Présentation

Écrire l’histoire entend être un espace de confluences des histoires de l’histoire, des historiographies, et de toutes les pratiques symboliques qui prennent l’histoire pour matériau. La revue fait se rencontrer des manières de représenter l’histoire d’ici ou d’ailleurs, d’aujourd’hui ou d’autrefois ; des manières aussi de se servir de l’histoire, à un moment où, dans la société obsédée de patrimoine et de mémoire qui est la nôtre, ces fonctions et ces usages demandent à être réfléchis. Elle veut être le lieu d’interrogations réciproques de l’histoire, de la littérature, et de l’esthétique – trop souvent encore enfermées en elles-mêmes, et qui ont pourtant tout à gagner à travailler ensemble.

Dernier numéro en ligne
15 | 2015
La fin de l’histoire

Écrire l’histoire, n° 15, La fin de l’histoire, 2015
Informations sur cette image
Crédits : Amalia Ramanankirahina (amaliarama@me.com)

C’est ainsi que finit le monde
C’est ainsi que finit le monde
C’est ainsi que finit le monde
Pas sur un boum mais sur un murmure.
T. S. Eliot, Les Hommes creux

Notes de la rédaction

Scénarios de fin du monde, mises en garde contre la catastrophe écologique d’ampleur planétaire qui nous guette, crise de l’agir et perte de la présence au monde : autant de signes que la fin de l’histoire est une expérience avec laquelle il nous faut apprendre à penser. À propos de tout événement désastreux, les médias développent une véritable culture apocalyptique, usant des mêmes images, de la même rhétorique de la catastrophe sans lendemain.

Historiens, philosophes, sociologues, spécialistes de cinéma et de littérature, s’attachent à l’« apocalyptisme » contemporain, mais aussi à l’émergence, avec la Révolution française, d’une inquiétude sur le terme de l’histoire, des discours savants prétendant détenir le mot de la fin à la praxis des acteurs politiques ainsi qu’aux mises en images qui délivrent de l’interminable et aux penseurs qui ne cessent de rouvrir l’horizon temporel.

Il s’agit de comprendre pourquoi la pensée de la fin de l’histoire est indissociable de la conscience historique moderne et de voir comment, au lieu de figer l’invention du futur, elle peut contenir la révélation (sens propre d’apocalypse) d’un temps ouvert parce que non linéaire.

  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • Les cahiers de Revues.org